Jean-Pierre Le Glaunec

Jean-Pierre Le Glaunec   
Associate Professor, History Department, Université de Sherbrooke
Professeur agrégé, département d'histoire, Université de Sherbrooke

Jean-Pierre Le Glaunec is an associate professor of history at the Université de Sherbrooke. He teaches American and Haitian history, as well as the history of Blacks in the Americas.

Jean-Pierre Le Glaunec est professeur agrégé au département d’histoire de l’Université de Sherbrooke. Il enseigne l’histoire des États-Unis, d’Haïti et des Amériques noires.



L'armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti 2014

L'armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti describes the sheer violence of the revolutionary war in the French colony of St. Domingue that began as a struggle between masters and slaves and resulted in the establishment of Haiti as an independent country. The book examines the armed forces of Generals Leclerc and Rochambeau and Jean-Jacques Dessalines's so-called "indigenous" army. He questions French historiography by unpacking the distorted relationship between the Haitian elite and a memory that became a symbol of emancipation for populations in slavery. Awarded the Prix de la recherche et de la création at the Université de Sherbrooke and the Grand Prix du livre de la ville de Sherbrooke in 2016.

L'armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti décrit la violence ¬inouïe de cette guerre entre maîtres et anciens esclaves, entre les forces des généraux Leclerc et Rochambeau, et l’armée, dite « indigène », de Jean-Jacques Dessalines. Il interroge le sens de son occultation par l’historiographie française, mais aussi le rapport trouble que l’élite du pouvoir haïtienne entretient avec sa ¬mémoire, symbole d’émancipation parfois encombrant pour qui désire maintenir les populations asservies. Ce livre est Lauréat du Prix de la recherche et de la création 2015 de l’Université de Sherbrooke et du Grand Prix du livre de la ville de Sherbrooke en 2016.


Le marronnage dans le monde atlantique, 1760-1848 : sources et trajectoires de vie

This website on marronnage (http://remparts.info/marronnage_2-0/fr/accueil.php) reproduces advertisements for escaped slaves from newspapers in the French Caribbean. The project has been fostered by the Groupe d'histoire de l'Atlantique français in collaboration with the SSHRC-funded project, SHADD Biography Project: Testimonies of West Africans from the Era of the Slave Trade.   “Le marronnage dans le monde atlantique” enables an analysis of primary sources on slavery in the Atlantic world.

Ce site internet sur le marronnage (http://remparts.info/marronnage_2-0/fr/accueil.php) reproduit des annonces d’esclaves en fuite publiées dans les journaux des Caraïbes françaises. Ce projet a reçu l’appui du Groupe d’histoire de l’Atlantique français, en collaboration avec le projet « SHADD Biography Project: Testimonies of West Africans from the Era of the Slave Trade ", financé par le CRSH. « Le marronnage dans le monde atlantique » permet une analyse de sources primaires au sujet de l’esclavage dans le monde atlantique.


Résister à l'esclavage dans l'Atlantique français : aperçu historiographique, hypothèses et pistes de recherche.

The subject of "resistance to slavery" does not occupy its "rightful place" in French historiography. Whereas the topic of slave resistance has figured prominently in the American/Anglophone historiography since the 1960s, the relative scarcity of research in French and the tendency to view the topic through the prism of typology has meant that slave resistance has not been adequately studied. This article testifies to a recent analytical turn that reconsiders the resistance strategies of the enslaved men and women of the French Atlantic.

L’objet « résistance à l’esclavage » n’occupe pas la « juste place » qui lui revient dans l’historiographie française. Alors que la question n’a pas cessé d’être étudiée dans l’historiographie anglo-saxonne depuis les années 1960, on est frappé par la rareté des travaux en France et par la perspective typologique généralement adoptée pour en parler, comme si les esclaves « résistants » devaient se contenter de rôles de figurants. Cet article s’inscrit dans un tournant analytique récent porté par des chercheurs-es dont l’objectif est de faire toute la lumière sur les stratégies de résistance des hommes et femmes esclavisés du monde atlantique français.